Agrinova.ma - LES ECHOS DE BRUXELLES : N°269 : du 12 au 16 février 2024
12-02-2024

LES ECHOS DE BRUXELLES : N°269 : du 12 au 16 février 2024

OMC : La DDG Ellard souligne l'importance d'obtenir des résultats concrets lors de la conférence MC13 à Dubai du 26 au 29 février 2024 - 12/02/2024 -

La Directrice générale adjointe Angela Ellard a exposé le 12 février les priorités de la 13e Conférence ministérielle (MC13) de l'OMC lors de la Conférence internationale sur le commerce de Washington 2024, organisée par l'Association internationale du commerce de Washington (WITA). En particulier, elle a souligné l'importance de garantir l'entrée en vigueur de l'Accord sur les subventions à la pêche et de conclure la deuxième vague de négociations sur les subventions à la pêche, de progresser sur la réforme du règlement des différends et de prendre une décision sur la prolongation du moratoire existant sur le commerce électronique.

Mme Ellard a noté que les priorités de la MC13, qui aura lieu du 26 au 29 février à Abou Dhabi, aux Émirats arabes unis, comprennent l'entrée en vigueur de l'Accord sur les subventions à la pêche et l'achèvement de la deuxième vague de négociations ; les progrès en matière de réforme du règlement des différends ; une décision sur la prolongation du moratoire sur le commerce électronique ; les négociations agricoles ; les questions liées au développement ; et la décision sur la manière d'intégrer les résultats des initiatives conjointes dans le règlement de l'OMC.

Mme Ellard a observé qu'une priorité clé pour la MC13 est de capitaliser sur les réalisations de la MC12 en concluant la deuxième vague de négociations sur les subventions à la pêche qui interdiraient les subventions contribuant à la surcapacité et à la surpêche. Une autre priorité est de recevoir des dépôts supplémentaires d'instruments de la part des membres nécessaires à l'entrée en vigueur de l'Accord sur les subventions à la pêche.

Elle a ajouté que 56 membres ont déjà déposé leurs instruments, ce qui représente plus de la moitié du nombre requis pour l'entrée en vigueur de l'Accord, et que de nombreux autres sont prêts ou en cours. De plus, elle a souligné l'importance du Mécanisme de financement de la pêche pour fournir l'assistance technique nécessaire aux pays en développement et aux pays les moins avancés qui ont ratifié l'Accord.

La DG adjointe a déclaré que la réforme du règlement des différends, ainsi que d'autres domaines vitaux de l'OMC, est essentielle pour l'avenir de l'organisation car elle garantira que les règles de l'OMC restent significatives pour le bénéfice de tous les membres. Elle a déclaré que les discussions techniques informelles en cours entre les membres sur la réforme du règlement des différends, visant à atteindre l'objectif convenu lors de la MC12 d'avoir un système de règlement des différends pleinement fonctionnel d'ici 2024, ont été extrêmement productives jusqu'à présent, avec des progrès significatifs réalisés.

Dans le même temps, des questions importantes en suspens, telles que la question de l'examen de deuxième instance, sont encore en cours. Elle a cependant souligné que le système de règlement des différends de l'OMC n'a pas cessé de fonctionner, avec des examens par des groupes spéciaux ainsi que des arbitrages et d'autres modalités de règlement des différends activement utilisés par les membres.

En ce qui concerne la réforme plus large de l'OMC, Mme Ellard a noté que tout le monde convient que l'OMC a besoin de réformes, mais les opinions des membres sur ce qui doit être amélioré diffèrent. Elle a présenté trois grands domaines de réforme : (i) la négociation de nouvelles règles et la révision des règles existantes ; (ii) la revitalisation de la fonction délibérative de l'organisation ; et (iii) l'amélioration de la manière dont le Secrétariat assiste les membres.

Think Tank Parlement UE : Progrès de l’UE dans la mise en œuvre de la stratégie européenne « de la ferme à la table » - 12/02/2024 -

Le 20 mai 2020, la Commission européenne a adopté une communication intitulée « Une stratégie de la ferme à la table pour un système alimentaire équitable, sain et respectueux de l'environnement », avec des priorités et des défis liés à chaque étape de la chaîne alimentaire. La stratégie a annoncé des initiatives législatives et non législatives, pour la plupart répertoriées dans son plan d'action. La Commission a jusqu'à présent mis en œuvre certaines initiatives stratégiques « de la ferme à la table », notamment :

• Les recommandations 2020 adressées aux pays de l’UE sur leurs plans stratégiques de politique agricole commune (PAC) ;

• Le plan d’urgence 2021 pour assurer l’approvisionnement alimentaire et la sécurité alimentaire en temps de crise ;

• Le code de conduite de l’UE pour des pratiques commerciales et commerciales responsables dans le secteur alimentaire, en vigueur depuis juillet 2021 ;

• De nouvelles règles visant à faciliter la commercialisation des produits phytopharmaceutiques (pesticides) contenant des substances biologiquement actives et à collecter des statistiques sur les pesticides, adoptées en 2022 ;

• Les règles sur la collecte de données sur les pratiques agricoles durables, adoptées en 2023.

D'autres initiatives de la Commission, notamment un cadre législatif pour des systèmes alimentaires durables (FSFS, contenant un cadre d'étiquetage durable), annoncé pour 2023, ne se sont pas encore concrétisées. Le calendrier de certaines initiatives (par exemple, 2021 pour le plan d’action pour la production biologique et les plans d’action pour une meilleure gestion des nutriments) a été fixé dans la stratégie de l’UE pour la biodiversité. D'autres initiatives nécessitent des actions multiples sur une période plus longue. Des exemples de telles initiatives incluent l'amélioration de la position des producteurs dans la chaîne alimentaire, ce qui implique la mise en œuvre des règles de l'UE sur les pratiques commerciales déloyales et des règles de la PAC sur les marchés agricoles.

Les tableaux suivants répertorient les initiatives stratégiques « de la ferme à la table » en cours et en attente.

Assouplissement réglementaire de l'UE sur le génie génétique : préoccupations pour l'environnement et les consommateurs - 13/02/2024 -

Dans l’Union européenne, le cap est en train d’être réinitialisé dans le domaine agricole, mais pas dans l’intérêt de la protection de l’environnement et des consommateurs. Mardi, la Commission européenne a annulé son projet de règlement sur les pesticides visant à utiliser moins de produits chimiques dans l’agriculture. L’année dernière, Bruxelles a également présenté une proposition pour la future réglementation juridique du génie génétique, qui prévoit des assouplissements. Mercredi, une majorité de conservateurs, de libéraux et de droite au Parlement européen ont voté en faveur d’un assouplissement du texte. L’objectif est d’ouvrir la voie aux nouvelles techniques génomiques (NGT), supposément à faible risque. Avant que les nouvelles règles n’arrivent, elles doivent encore être négociées avec les États de l’UE et la Commission. Les négociations ne débuteront probablement qu’après les élections européennes de juin.

Alors que dans les processus classiques, des gènes étrangers sont insérés dans un organisme, dans le NGT, les gènes de la plante elle-même sont modifiés : ils sont insérés, supprimés, activés ou désactivés. Le but des assouplissements décidés est de produire des plantes capables de mieux résister au changement climatique ou de nécessiter moins de pesticides.

Il existe de nombreux doutes au Parlement, comme l’a montré le débat de mardi. Anja Hasekamp, du Parti de gauche, a critiqué : « Le NGT ne fait qu’accroître la dépendance à l’égard des engrais, des pesticides et des sociétés multinationales. Elles conduisent à la consolidation des monocultures et au déclin des petits agriculteurs.»

Les critiques visent principalement la suppression prévue de l’obligation d’étiquetage des aliments contenant des plantes modifiées par NGT. Cela signifie que deux réglementations européennes sont mises à mal. L’une stipule que tous les produits fabriqués à partir d’organismes génétiquement modifiés ou qui sont eux-mêmes génétiquement modifiés doivent être étiquetés en conséquence. Selon l’autre, l’origine et la localisation des produits fabriqués à partir d’organismes génétiquement modifiés doivent être documentées tout au long de la chaîne d’approvisionnement. Ces deux réglementations ont jusqu’à présent rendu peu attrayant le recours au génie génétique. Ces réglementations ne devraient désormais s’appliquer qu’au génie génétique classique.

Martin Häusling, rapporteur fictif des Verts, ne comprend pas cela : ” Même les États-Unis ont introduit l’étiquetage et la traçabilité dans l’utilisation des nouvelles technologies génétiques, alors que l’UE est à la traîne. ” En fait, les consommateurs n’ont plus de liberté de choix si ces aliments ne sont pas conformes aux marquages. 270 entreprises de l’industrie alimentaire ont également demandé le maintien de l’étiquetage actuel en matière de génie génétique

Les agriculteurs qui pratiquent l'agriculture biologique expriment leur opposition, craignant une possible contamination de leurs produits. En revanche, Joachim Rukwied, président de l'Association des agriculteurs allemands, affirme la nécessité d’élargir les outils en matière de sélection végétale pour intégrer cette technique et rester compétitifs. Toutefois, il souligne qu'il ne devrait pas y avoir de brevets, en principe, sur les organismes, les matériaux biologiques ou les séquences génétiques.

L’UE n’est déjà pas une zone sans OGM. Les plantes génétiquement modifiées peuvent être importées et commercialisées comme denrées alimentaires et aliments pour animaux. Cependant, sa culture est strictement réglementée et interdite dans de nombreux pays de l’UE. Jusqu’à présent, une seule variété, le maïs génétiquement modifié MON-810, a obtenu l’autorisation correspondante de l’UE. Les agriculteurs espagnols et portugais utilisent particulièrement ces graines.

CE : Les agriculteurs européens officiellement exemptés des règles sur les terres en jachère - 13/02/2024 -

La Commission européenne a officiellement adopté un règlement qui accorde aux agriculteurs européens une exemption partielle de la règle de conditionnalité pour les terres en jachère. Cette adoption fait suite à la proposition de la Commission présentée le 31 janvier et aux discussions avec les États membres lors des réunions des comités. Le règlement entrera en vigueur le 14 février, et s'appliquera rétroactivement à compter du 1er janvier pour une durée d'un an, c'est-à-dire jusqu'au 31 décembre 2024

L'exemption partielle répond à plusieurs demandes d'assouplissement formulées par les États membres afin de mieux répondre aux défis auxquels sont confrontés les agriculteurs de l'UE.

Au lieu de maintenir des terres en jachère ou des éléments improductifs sur 4 % de leurs terres arables, les agriculteurs de l'UE qui cultivent des cultures fixant l'azote (telles que les lentilles, les pois ou les fèves) et/ou des cultures dérobées sans produits phytopharmaceutiques sur 4 % de leurs terres arables seront considérés comme satisfaisant à l'exigence dite "BCAE 8". Les agriculteurs qui en décident ainsi peuvent toutefois continuer à satisfaire à cette exigence avec des terres en jachère ou des éléments non productifs.

L'acte final adopté permet également aux États membres de modifier leurs éco-schémas qui soutiennent les zones non productives afin de prendre en compte le niveau de référence alternatif dans le cadre de la conditionnalité des BCAE 8. Une simple notification à la Commission européenne suffira pour mettre à jour immédiatement les écosystèmes concernés. Les États membres qui souhaitent appliquer la dérogation au niveau national doivent le notifier à la Commission dans les 15 jours suivant l'entrée en vigueur du règlement afin que les agriculteurs puissent être informés dès que possible.

La proposition de la Commission est soigneusement calibrée pour assurer un juste équilibre entre, d'une part, l'octroi d'une aide et d'une flexibilité appropriées aux agriculteurs confrontés à de nombreux défis et, d'autre part, la protection de la biodiversité et de la qualité des sols.

Ursula Von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a déclaré :

« Ce n’est que si nos agriculteurs peuvent vivre de leurs terres qu’ils investiront dans l’avenir. Et ce n’est que si nous atteignons ensemble nos objectifs climatiques et environnementaux que les agriculteurs pourront continuer à gagner leur vie. Nos agriculteurs en sont bien conscients. Cette mesure offre une flexibilité aux agriculteurs tout en continuant à les récompenser pour leur travail crucial en faveur de la sécurité alimentaire et de la durabilité de l'UE. Nous présenterons bientôt d’autres propositions pour contribuer à alléger la pression à laquelle nos agriculteurs sont confrontés. »

Allégations vertes / Copa Cogeca « les efforts de double vérification pourraient conduire à une double pénalité au niveau de l'exploitation agricole - 14/02/2024 -

Avec le texte adopté à une large majorité par le vote des commissions mixtes sur la proposition de directive sur les allégations vertes, les agriculteurs qui souhaitent communiquer sur leurs pratiques environnementales seront tenus de se soumettre à un double processus de vérification, les obligeant à réfléchir à deux fois avant d'appliquer l'une ou l'autre des mesures.

La proposition de directive vise à clarifier et à renforcer la justification de toute allégation environnementale explicite concernant les produits et les commerçants commercialisés sur le marché unique. Les députés de la commission de l'environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire (ENVI), ainsi que leurs collègues du marché intérieur et de la protection des consommateurs (IMCO), ont voté en faveur de tous les amendements de compromis élaborés par les co-rapporteurs Cyrus Engerer (S&D , MT) et Andrus Ansip (Renew, EE). Le rapport a reçu 85 voix pour, 2 contre et 14 abstentions.

Si les compromis approuvés clarifient certains aspects liés à la mise en œuvre et à la vérification, ils cachent certainement le risque pour les agriculteurs d'une double vérification des pratiques environnementales volontaires : les agriculteurs qui respectent déjà la politique agricole commune (PAC) des pratiques environnementales supplémentaires et volontaires (« éco -régimes» ou «mesures agro-écologiques») pour lesquels un processus de vérification existe déjà, seront tenus de répéter la vérification s'ils décident de communiquer à leur sujet. L'avis de la commission AGRI incluait une telle exception, suggérant de considérer les éco-régimes comme des allégations éligibles. Alors que la Commission annonce des mesures urgentes de simplification dans le secteur agricole, la Copa-Cogeca annonce que l'approche adoptée aujourd'hui apparaît en totale contradiction avec la tendance affichée.

Par ailleurs, le Copa et la Cogeca accueillent la position pour permettre l’utilisation de la compensation, mais dénoncent toutefois que des limitations plus élevées empêchent les agriculteurs de profiter pleinement du cadre établi dans le cadre de la certification pour l'élimination du carbone.

Le Copa et la Cogeca espèrent que les suggestions formulées par la commission AGRI seront reprises lors du vote en plénière, prévu en mars 2024.

Règlement de l'UE sur la restauration de la nature : Fixer des objectifs contraignants pour des écosystèmes sains - 12/02/2024 -

Le Parlement européen a adopté sa position le 12 juillet 2023 avec 336 votes en faveur, 300 votes contre et 13 abstentions. Cette position, bien qu'alignée sur de nombreux points avec l'approche générale du Conseil adoptée en juin, modifie encore des éléments essentiels de la proposition. En particulier, le Parlement demande que les mesures de restauration s'appliquent aux sites Natura 2000 dans les écosystèmes terrestres, côtiers et d'eau douce, et supprime les objectifs quantitatifs et chronométrés proposés. Il supprime également l'obligation de nondétérioration avancée par la Commission, et propose à la place que les États membres fassent des efforts pour éviter toute diminution significative dans la surface nationale totale en bon état et la surface totale présentant une qualité suffisante des habitats des espèces.

Le Parlement renonce également aux dispositions concernant la restauration des agroécosystèmes. Il renforce les exigences liées aux pollinisateurs, avec une obligation d'améliorer à la fois la diversité des pollinisateurs et d'inverser le déclin des populations de pollinisateurs d'ici 2030 au plus tard. De plus, il spécifie que les données de surveillance des pollinisateurs doivent provenir d'un nombre adéquat de sites pour assurer la représentativité sur l'ensemble du territoire, et demande à la Commission et aux agences de l'UE compétentes de s'attaquer conjointement aux principales pressions exercées sur les pollinisateurs et d'assister les États membres sur demande.

Pour les écosystèmes forestiers, le Parlement ne conserverait qu'un seul indicateur commun obligatoire (l'indice commun des oiseaux forestiers). Il supprime les 2 indicateurs liés aux bois morts et reprend la suggestion du Conseil permettant aux États membres de choisir 3 indicateurs parmi une liste de 5 (les 3 indicateurs restants proposés par la Commission plus 2 nouveaux). Un nouvel article obligerait les États membres à contribuer à l'objectif de l'UE de planter au moins 3 milliards d'arbres supplémentaires d'ici 2030, dans le respect total des principes écologiques.

Le Parlement introduit de nouvelles dispositions pour assurer la cohérence avec la politique commune de la pêche dans la mise en œuvre des mesures visant à restaurer les écosystèmes marins. Les États membres dont les plans nationaux de restauration incluent des mesures de conservation relevant de la politique commune de la pêche et nécessitant la soumission de recommandations conjointes avec d'autres États membres devraient les soumettre dans des délais précisés

Le Conseil, pour sa part, a adopté son approche générale le 20 juin 2023, soutenant l'ambition que les mesures de restauration, que les États membres sont tenus de mettre en place, couvrent conjointement au moins 20 % des terres de l'UE et 20 % des zones marines d'ici 2030. Il cherche cependant à accorder aux États membres une plus grande flexibilité dans la mise en œuvre des obligations de restauration.

En conclusion, les deux institutions ont trouvé un accord provisoire sur le texte, soutenant l'ambition de restaurer au moins 20 % des terres de l'UE et 20 % des zones marines d'ici 2030, et tous les écosystèmes nécessitant une restauration d'ici 2050. Ils ont convenu de maintenir des objectifs de restauration quantitatifs et chronométrés pour les écosystèmes terrestres et marins, mais avec des flexibilités supplémentaires.

La Commission : Publication du nouveau Rapport annuel sur le marché unique et la compétitivité - 14/02/2024 -

Le rapport annuel sur le marché unique et la compétitivité, publié par la Commission, détaille les forces concurrentielles et les défis du marché unique européen, suivant les développements annuels selon les neuf moteurs de compétitivité identifiés dans la Communication de long terme sur la compétitivité de l'UE de 2023.

Il s'agit du fonctionnement du marché unique, de l'accès au capital privé, de l'investissement public et des infrastructures, de la recherche et de l'innovation, de l'énergie, de la circularité, de la numérisation, de l'éducation et des compétences, ainsi que du commerce et de l'autonomie stratégique ouverte. La Communication de 2023 a établi un ensemble d'indicateurs clés de performance pour servir de tableau de bord des progrès concernant ces moteurs. Bien qu'il soit encore trop tôt pour établir des tendances stables, le rapport note que 9 indicateurs ont progressé, contre 5 qui ont régressé ; 3 sont stables et 2 n'ont pas encore de nouvelles données.

Le rapport rappelle que le marché unique est l'une des plus grandes zones de marché intégré au monde, et qu'il stimule l'économie de l'UE avec un large bassin de demande, des sources d'approvisionnement diversifiées, des opportunités pour innover et développer la production, des droits sociaux solides et des conditions de travail équitables, tout en servant de levier géopolitique. Il souligne la nécessité de renforcer l'application des règles convenues et de simplifier leur mise en œuvre.

En ce qui concerne l'investissement, le rapport conclut que l'investissement public s'est rétabli après les faibles niveaux d'après la crise financière, en partie grâce au Fonds de relance et de résilience, tandis que l'investissement privé reste élevé. Pour accroître la disponibilité du financement en capital-risque et en capital d'investissement et développer les entreprises innovantes, le rapport recommande de renforcer davantage l'Union des marchés des capitaux, en s'appuyant sur les initiatives déjà approuvées depuis 2020. Il souligne également la passation des marchés publics comme un instrument pour soutenir les transitions verte et numérique de manière stratégique.

Bien que les prix élevés de l'énergie restent un défi, le rapport souligne les mesures importantes prises au cours des dernières années pour mettre à jour la boîte à outils de la politique énergétique de l'UE et soutenir la fabrication de technologies propres de l'UE.

Le rapport note également que l'UE est une grande puissance commerciale représentant 16 % des exportations mondiales, et que le commerce reste une source de compétitivité. Il souligne également la nécessité de défendre le principe de l'égalité des conditions de concurrence et de protéger la sécurité économique.

Quatre nouveaux membres de l'OMC ratifient l'Accord sur les subventions à la pêche - 14/02/2024 -

Le 14 février 2024, Barbade, Dominique, Sénégal et Uruguay ont franchi une étape significative en déposant leurs instruments d'acceptation de l'Accord sur les subventions à la pêche de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Cette action témoigne de leur engagement en faveur de la préservation des ressources marines et de la promotion d'une pêche durable.

Les ambassadeurs Matthew Wilson de la Barbade, Janet Charles de la Dominique, Coly Seck du Sénégal et Alvaro Moerzinger Pagani de l'Uruguay ont présenté ces instruments d'acceptation à la Directrice générale de l'OMC, Ngozi Okonjo-Iweala. Cette dernière s'est exprimée avec satisfaction, soulignant l'importance de cette démarche dans la protection des océans et des moyens de subsistance de millions de personnes dépendant de la pêche maritime.

L'ambassadeur Wilson a souligné le caractère historique de cet accord, en rappelant l'impact positif de l'Accord Fish 1 de juin 2022 sur la lutte contre la pêche illégale, non déclarée et non réglementée. Il a exprimé sa fierté que la Barbade ait ratifié cet accord, illustrant ainsi l'engagement du gouvernement à protéger les biens communs mondiaux pour les générations futures.

De son côté, la haute commissaire par intérim Charles a souligné l'importance de l'Accord sur les subventions à la pêche dans la réalisation des objectifs de développement durable, en particulier l'ODD 14.6, qui vise à assurer la conservation et une utilisation durable des océans et de leurs ressources.

L'ambassadeur Seck a salué l'accord comme une avancée majeure pour la durabilité des océans, mettant en lumière l'engagement continu du Sénégal dans les négociations visant à éliminer les subventions nuisibles à la pêche qui contribuent à la surcapacité et à la surpêche.

Enfin, l'ambassadeur Moerzinger a souligné l'importance de l'accord pour la durabilité environnementale et le développement économique, soulignant que la réduction des subventions qui faussent le commerce mondial est une étape cruciale vers l'équité et la prospérité pour tous.

Avec ces nouveaux membres, le nombre total de pays ayant ratifié l'Accord sur les subventions à la pêche atteint désormais 60, soit 55 % du seuil requis pour que l'accord entre en vigueur. Adopté lors de la 12e Conférence ministérielle de l'OMC en juin 2022, cet accord établit des règles contraignantes pour limiter les subventions nuisibles à la pêche, contribuant ainsi à la préservation des stocks de poissons et à la protection des écosystèmes marins.

En conclusion, ces ratifications démontrent l'engagement croissant de la communauté internationale en faveur de la durabilité des océans et de la promotion d'une pêche responsable, tout en reconnaissant les besoins spécifiques des pays en développement.

Accords internationaux en cours : Modernisation du pilier commercial de l'accord d'association UE-Chili - 12/02/2024 -

Le Service de recherche du Parlement européen (EPRS) a suivi de près les négociations visant à moderniser l'accord de partenariat entre l'Union européenne (UE) et le Chili. Ces discussions ont débuté avec une étude ex-ante en janvier 2017 et une consultation publique en ligne, mais ont suscité une réponse modeste des parties prenantes. La Commission européenne a ensuite sollicité à nouveau les entreprises de l'UE pour recueillir leur expérience pratique dans leurs échanges avec des partenaires chiliens.

Le processus de négociation a abouti à l'approbation par le Conseil des Affaires étrangères, en novembre 2017, du mandat de la Commission pour négocier un accord modernisé avec le Chili. Les négociations ont été suivies de près par des dialogues avec la société civile et des évaluations d'impact sur la durabilité. En novembre 2021, les négociations ont été conclues au niveau technique. Cependant, en raison de changements politiques au Chili, l'accord final n'a été annoncé qu'en décembre 2022.

Cet accord, appelé l'Accord-Cadre Avancé UE-Chili, comporte 36 chapitres, dont trois (protection des investissements, services financiers et mouvements de capitaux) ne relèvent pas de la compétence exclusive de l'UE. Il vise à libéraliser le commerce des biens agricoles et industriels, à renforcer la protection des indications géographiques, et à intégrer des chapitres sur les systèmes alimentaires durables, le commerce des services, et l'égalité des genres.

Cet accord devrait offrir de nouvelles opportunités commerciales, réduire les barrières non tarifaires, simplifier les procédures douanières, renforcer la protection des droits de propriété intellectuelle, et promouvoir la durabilité dans les systèmes alimentaires. Il est également susceptible de stimuler la croissance économique, de créer des emplois et d'améliorer le bien-être des consommateurs dans l'UE et au Chili.

Le processus de signature et de ratification de cet accord est en cours, avec une adoption prévue par le Parlement européen lors de sa session plénière de février. Une fois ratifié, cet accord devrait entrer en vigueur après une procédure similaire au Chili et avoir un impact positif sur les relations commerciales et économiques entre l'UE et le Chili.

Quotas pour certains produits agricoles

L'UE fournira un accès supplémentaire au marché uniquement sous la forme de contingents à droit nul, éliminant ainsi les augmentations annuelles et les contingents tarifaires existants. Le contingent en franchise de droits pour la viande de volaille chilienne sera augmenté de 18 000 tonnes (introduction progressive en deux étapes égales), de 9 000 tonnes pour la viande de porc, de 4 000 tonnes pour la viande ovine et de 2 000 tonnes pour la viande bovine. Le contingent d'ail chilien sera porté à un total de 2 000 tonnes et le nouveau contingent en franchise de droits pour les conserves de poisson sera fixé à 250 tonnes. De nouveaux contingents à droit nul seront ouverts pour les préparations de fruits (10 000 tonnes), l'huile d'olive (11 000 tonnes), le jus de pomme (2 000 tonnes), les œufs (500 tonnes, équivalent œufs en coquille), l'amidon et les dérivés de l'amidon (300 tonnes), les produits riches en sucre (1 000 tonnes), le maïs doux (800 tonnes), l'éthanol (2 000 tonnes) et le rhum (500 hectolitres).

Import UE en provenance du Chili (2021)

Accord de partenariat économique avec le Kenya (Communauté de l'Afrique de l'Est) - 12/02/2024 -

Les Accords de Partenariat Économique (APE) entre l'Union Européenne (UE) et les États ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) sont des instruments clés visant à favoriser une intégration progressive de ces États dans l'économie mondiale, conformément aux principes énoncés dans l'Accord de Cotonou. Conçus pour promouvoir l'intégration régionale, les APE rencontrent cependant des obstacles, notamment au sein de la Communauté de l'Afrique de l'Est (CAE), où des désaccords ont entravé la conclusion de l'APE UE-CAE.

Un point de friction important réside dans les préoccupations des partenaires de la CAE concernant le tarif extérieur commun (TEC) déjà en place. Ces pays craignent que la conclusion de l'APE ne vienne perturber cet équilibre économique préexistant. Pour l'UE, ces accords représentent également une occasion de protéger certains secteurs tout en poursuivant ses propres objectifs commerciaux, notamment en garantissant un accès aux matières premières à des coûtsraisonnables et en maintenant la compétitivité face à d'autres économies développées.

Au sein de la CAE, la position varie. Si le Kenya a signé l'APE UE-CEA, d'autres pays ont exprimé des réserves ou refusé de le signer en raison de préoccupations quant à son impact sur leur développement industriel. Malgré ces désaccords, le Kenya a réussi à conclure un APE bilatéral avec l'UE, marquant ainsi un pas vers l'ouverture de son marché aux produits européens.

En réponse aux défis soulevés par ces accords, le Parlement européen joue un rôle crucial. Il souligne l'importance du développement durable, de la réduction de la pauvreté et de l'intégration régionale dans les APE. Le Parlement insiste également sur l'implication des parlements nationaux dans le processus d'élaboration et de suivi de ces accords, afin d'assurer une approche équilibrée et équitable.

En conclusion, l'APE UE-Kenya représente un effort visant à éliminer les tarifs et à ouvrir progressivement le marché kényan aux produits de l'UE, tout en cherchant à réduire les obstacles non tarifaires. Cependant, le défi persiste quant à la conciliation des intérêts divers au sein des différentes régions partenaires.

Principales données sur le commerce

Les États membres de l'UE sont ensemble le quatrième partenaire commercial de la CAE après la Chine, les Émirats arabes unis et l'Inde. Les cinq pays de la CAE qui ont négocié l'APE UE-CAE représentent 0,1 % des importations de l'UE en provenance des pays tiers et 0,2 % des exportations de l'UE vers les pays tiers, tandis que l'UE dans son ensemble représente 10 % des importations de la CAE et 14 % de ses exportations.

Le Kenya représente près de la moitié des importations de l'UE en provenance de la CAE et des exportations de l'UE vers la CAE. Les États membres de l'UE représentent ensemble 10 % des importations du Kenya, principalement des "produits minéraux et chimiques" et des machines. L'UE est le premier importateur (16 %) des produits kenyans, principalement des produits agricoles et horticoles(fruits et légumes, fleurs coupées).

Échanges de biens de l'UE avec le Kenya et la Communauté d'Afrique de l'Est (2022, milliards d'euros)

Réponse à Question Parlement : Directive sur les plastiques à usage unique et sa transposition dans le projet belge d’accord de coopération - 12/02/2024 -

 Question du 13 décembre 2023, pour réponse écrite « 1 »

Députés Parlementaires : Ivan Štefanec (PPE)

Contexte et Question :

Avec la directive sur les plastiques à usage unique (UE) 2019/904, les États membres devraient utiliser des systèmes de responsabilité élargie des producteurs (REP) afin de créer des incitations économiques pour que les entreprises investissent dans le développement d'alternatives durables pour, à terme, remplacer complètement certains produits plastiques à usage unique.

Un projet d'accord de coopération belge, transposant ces dispositions harmonisées de la directive, a amené plusieurs États membres de l'UE à émettre des avis circonstanciés car, selon eux, le projet de loi belge est disproportionné et risque sérieusement de porter atteinte à la libre circulation des marchandises dans le marché intérieur. Plus particulièrement, le projet de loi met de côté la distinction fondamentale de la directive entre les produits contenant du plastique et ceux qui n'en contiennent pas.

  1. Comment la Commission entend-elle assurer une transposition coordonnée et cohérente des règles harmonisées de la directive sur l'application des systèmes de REP pour les produits en plastique à usage unique, y compris, ce qui est essentiel, le champ d'application des systèmes de REP et l'utilisation d'incitations à l'innovation pour des produits plus durables et sans plastique ?
  2. Quel est le résultat de l'analyse du projet de loi belge par la Commission, notamment à la lumière des avis et commentaires détaillés présentés par six États membres au total ?
  3. Que pense la Commission de la position du gouvernement belge selon laquelle les États membres sont libres d'ignorer la distinction fondamentale établie par la directive entre les produits contenant du plastique et les produits de substitution exempts de plastique ?

Réponse donnée par M. Sinkevičius au nom de la Commission européenne

La Commission s'est engagée à assurer une transposition coordonnée et cohérente de la directive sur les plastiques à usage unique (SUPD). Lors de la transposition de la SUPD, les États membres, dont la Belgique, ont notifié leurs dispositions prévues à la Commission, notamment via la base de données du système d'information sur les réglementations techniques (TRIS). Ces dispositions comprennent des dispositions relatives à la responsabilité élargie des producteurs (REP), conformément à l'article 8 de la SUPD.

La Commission n'a pas encore terminé l'évaluation de la transposition belge de la SUPD. Dans un premier temps, la Commission a vérifié l'exhaustivité des notifications et a lancé des procédures de non-communication en septembre 2022 à l'encontre de plusieurs États membres, dont la Belgique. La procédure de non-communication à l'encontre de la Belgique n'a pas encore été clôturée, car la Belgique n'a déclaré que récemment que la transposition était complète.

Dans un deuxième temps, la Commission a lancé une étude de conformité pour vérifier la conformité des législations nationales avec la SUPD, y compris le champ d'application des différentes mesures. L'évaluation de la transposition belge devrait être achevée en 2024/2025.

L'accord de coopération belge repose à la fois sur la SUPD et sur la directive-cadre relative aux déchets (DCE). Alors que les produits sans plastique sont exclus du champ d'application de la SUPD, la DCE établit des exigences minimales en matière de REP. Les États membres peuvent mettre en place des systèmes nationaux de REP basés sur la DCE, à condition que ces systèmes soient conformes aux règles minimales de REP contenues dans la DCE.

Question Parlement : Surcoût des quotas carbone subi par les transporteurs maritimes - 14/02/2024 -

 Question du 07 février 2024, avec demande de réponse écrite « 1 »

Député Parlementaire : Catherine Griset (ID), Gunnar Beck (ID), André Rougé (ID), Marie Dauchy (ID), Virginie Joron (ID), Thierry Mariani (ID), Ivan Vilibor Sinčić (NI), Eric Minardi (ID), Aurélia Beigneux (ID)

Contexte et Question :

Les conséquences des attaques des Houthis en mer Rouge sont nombreuses, et touchent notamment le secteur du transport maritime. Du fait des longs détours occasionnés, les compagnies voient augmenter, en plus de leurs factures de carburant et d’assurances, celles liées aux crédits carbone. En effet, depuis le 1er janvier 2024, tous les navires de commerce ou de transport de passagers de plus de 5 000 tonnes de jauge brute, en provenance ou à destination des ports européens, sont soumis au système d’échange de quotas d’émission (ETS) afin de compenser 40 % de leurs émissions de CO2.

Cette majoration tarifaire, en plus d’être pérenne, est aggravée par ces circonstances sécuritaires exceptionnelles et pénalise des compagnies qui émettent plus de CO2 du fait de la nécessité de compenser leurs délais de route supplémentaires par une vitesse accrue. Le surcoût engendré par ces pénalités se répercute ensuite sur les clients et les consommateurs finaux, et congestionne les grands ports, dans un contexte économique déjà très tendu. En conséquence, quelles mesures la Commission compte-t-elle prendre pour soulager ces opérateurs et les exonérer des coûts liés aux quotas carbone?

Agrinova
Déposer votre projet